close
RTL

2019, une année marquée par la mobilisation de la rue pour Emmanuel Macron

2019, une année marquée par la mobilisation de la rue pour Emmanuel Macron




2019, une année marquée par la mobilisation de la rue pour Emmanuel Macron
Pour Emmanuel Macron, l’année 2019 a été marquée par la mobilisation de la rue. Il y a un an, le président était empêtré jusqu’au cou par la crise des “gilets jaunes”. Cette crise de mi-mandat était censée avoir tout changé.
“Nous ne reprendrons pas le cour normal de nos vies. Nous sommes à un moment historique pour notre pays”. Ce 10 décembre 2018, après un mois de manifestations et de violences, Emmanuel Macron est acculé. S’adressant aux Français depuis l’Elysée, il fait deux annonces concrètes et coûteuses. “Le salaire d’un travailleur au SMIC augmentera de 100 euros par mois dès 2019. Pour ceux qui touchent moins de 2.000 euros par mois, nous annulerons en 2019 la hausse de CSG subie cette année”.
Surtout, le chef de l’État lance ce soir-là l’idée d’un grand débat national. Un peu gadget en apparence, personne ne croit pour l’heure qu’elle suffira à sortir le président des sables mouvants de la contestation. Jusqu’à ce qu’au mois de janvier, à Grand Bourgtheroulde, dans l’Eure, Emmanuel Macron donne le coup d’envoi pour ce marathon.
Petit à petit, le président se refait une santé
Trois mois qui vont lui permettre de crever des abcès, comme sur la suppression partielle de l’ISF : “ce n’est pas parce qu’on remettra l’ISF comme il était il y a un an et demi que la situation d’un seul “gilet jaune” s’améliorera, ça c’est de la pipe”. De clarifier des promesses, comme sur la taxe d’habitation : “plus personne ne la paiera, on la supprime en trois bouts”. Et, au passage, de faire son show en longueur sur tous les sujets, retransmis en direct sur toutes les chaines d’infos.
Petit à petit, le président se refait une santé. Son naturel reprend même, quelquefois, le dessus : “mais la vraie réforme elle va avec la contrainte, les enfants. Parce que si derrière on veut ceci, comment on le finance ? C’est pas open bar !”.
Et alors que les dégradations et les violences se poursuivent, le chef de l’État marque des points à droite en se rangeant du côté de l’ordre : “lorsqu’on va, le samedi, dans des manifestations violentes, on est complice du pire”.
Prouver qu’il est le réformateur qu’il a promis d’être
Arrive enfin l’heure des conclusions. Des grandes annonces, on en retiendra surtout la forme. Une conférence de presse, grand format, à l’Elysée dans un style gaullien très assumé. Conférence censée ouvrir l’acte II du quinquennat.
C’est ainsi qu’au mois de mai Emmanuel Macron se lance enfin dans sa campagne européenne. Il désigne Marine Le Pen comme sa principale adversaire : “je mettrai toute mon énergie pour que le Rassemblement national ne soit pas en tête”. Le 26 mai, c’est pourtant bien elle qui fêtera sa victoire. Mais la République En Marche sauve les meubles en deuxième position.
Dès lors, le président va apparaître de plus en plus en campagne pour 2022. À la rentrée, il lance un grand débat au Parlement sur l’immigration et se concentre de nouveau sur son image de réformateur. Ce sera là le défi de l’année qui vient pour Emmanuel Macron, avec la réforme des retraites notamment, prouver qu’il est le réformateur qu’il a promis d’être.
La rédaction vous recommande2019, année compliquée pour Jean-Luc Mélenchon2019 : l’année où la droite et les Républicains ont touché le fond2019, l’année où Yannick Jadot a percé en politique, selon Pauline de Saint-Rémy



Source link : https://www.rtl.fr/actu/politique/2019-une-annee-marquee-par-la-mobilisation-de-la-rue-pour-emmanuel-macron-7799785079

Author : Pauline De Saint-Rémy

Publish date : 2019-12-27 07:17:00

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : RTL

The author wa-news