close
Huffington Post

Pourquoi c’est à Noël qu’il faut visiter les châteaux de la Loire

Pourquoi c’est à Noël qu’il faut visiter les châteaux de la Loire



VOYAGE – Le 15 décembre, au château de Cheverny, Noël sera rock’n’roll. Le père Noël arrivera en hélicoptère, avec la mère Noël. Ils se dirigeront ensuite vers l’Orangerie, pour s’asseoir sur un trône immense, et faire des photos avec les enfants.Une semaine plus tôt, le dimanche 8 décembre, un goûter est offert aux visiteurs et le père Noël, encore lui, lira des contes aux enfants, pour laisser aux grands le temps de manger.Jusqu’à fin janvier, les animations s’enchaînent dans ce superbe château meublé du XVIIe siècle, encore habité, ayant servi de modèle à Hergé pour dessiner Moulinsart. Tout, dans le moindre détail, est aux couleurs de Noël, du jardin aux allées, des grands sapins dans la salle d’armes à l’escalier en pierre intérieur entièrement décoré. 150 ours en pelucheDes châteaux de la Loire, Cheverny est loin d’être le seul à proposer de nombreuses animations autour de Noël. Ainsi, à Amboise, où les enfants appelés à devenir rois séjournèrent, tels François 1er, Charles VIII et Louis XII, les ours en peluche ont envahi le château. Ils sont 150 très exactement et impliqués dans des scénographies soignées. On trouve même un immense ours de 2,2 mètres sur le trône, avec cape et couronne. Des automates dorment dans la chambre du roi, et une exposition est consacrée à la figure de l’ours dans l’Histoire. “La concurrence est très dure”Et à Chambord, alors? Dans le seul château de la Loire à atteindre le million de visiteurs en 2019, un concours de sapins est lancé, au public d’élire le plus beau. Concerts dansés, ateliers de poésie, rencontres avec le père Noël, lecture de contes… Personne n’échappera à Noël.Que se passe-t-il dans ces célèbres châteaux de la Renaissance pour que Noël soit devenu un moment incontournable de l’année? Et aussi, ces célébrations sont-elle en accord avec l’Histoire, dont ces châteaux sont les derniers figurants? “Nöel, c’est le creux de la vague”, assure au HuffPost l’historien Jean Vassort, auteur du livre “Les châteaux de la Loire au fil des siècles”. “Il ne faut pas oublier que ces châteaux, privés ou publics, sont des entreprises, précise-t-il. Alors, ils anticipent cette période difficile pour le tourisme. À Chenonceau, qui accueille chaque année 900.000 visiteurs, les jardins sont au point mort à cette période de l’année. Ils misent sur la décoration intérieure. Comme tous les autres. La concurrence entre les châteaux sur les bords de Loire est très dure.” Période crucialeÀ Cheverny, on fait le même constat. La propriétaire du domaine, Constance de Vibraye, raconte: “J’ai commencé à mettre un sapin géant dans l’entrée voilà 25 ans. Chaque année, j’en faisais de plus en plus, parce que j’ai une vraie passion pour Noël, raconte cette femme dynamique et engagée, originaire d’Allemagne. Et puis voilà que Chenonceau s’y est mis également il y a quatre ans, et même avant pour d’autres châteaux de la Loire. La concurrence est vraiment dingue, parce que nous n’avons qu’un mois pour faire venir les visiteurs. Certains se disent ‘c’est bon, Cheverny on l’a déjà fait’, mais non, tout est à redécouvrir à chaque fois.”Cette période de l’année est devenue cruciale pour les châteaux. A tel point que sept d’entre eux se sont regroupés pour créer l’événement “Noël au pays des châteaux”. Ils fêtent la 4e édition cette année. Parmi eux, on compte Amboise, Langeais, Chenonceaux, Azay-le-Rideau, Chinon, Loches et le dernier arrivé, Villandry. Chacun s’arroge un thème pour éviter les redites et s’assurer des visites.D’ailleurs, le concept a essaimé puisque six châteaux d’Ile-de-France jouent également sur ce terrain en présentant des spectacles à thème. Sans compter les initiatives dans tout le pays. La centaine de châteaux de la Loire ouverts au public -parmi les 3000 existants- se disputent les visiteurs de Noël parce qu’ils peuvent augmenter sensiblement leur chiffre d’affaire. “Depuis 2010, nous constatons une hausse très conséquente de la fréquentation”, précise Samuel Buchwalder à la communication du château d’Amboise. De son côté, “Chambord est passé de 1000 entrées par jour avant la création de ‘Noël à Chambord’, à 4000”, confirme Émilie Decrepy, directrice de l’événement. Le bond en avant est notable.Et l’Histoire, alors?Et Noël a ceci de magique qu’il attire les familles qui, en général, dépensent plus d’argent sur place en hôtellerie et restauration qu’un couple sans enfant.Amboise l’a bien compris, qui expose des nounours pour les plus petits et une réplique de l’installation de l’émission de 1962 “Bonne nuit les petits”, pour les nostalgiques, sans oublier les 80 ours anciens prêtés par le musée du jouet de la région. Cependant, ces célébrations n’entravent-elles pas l’objectif numéro un des châteaux de la Loire, qui est de restituer l’Histoire, au plus proche des faits passés? Fêtait-on vraiment Noël à la Renaissance? Fêtait-on Noël à la Renaissance?“C’était assez peu fêté dans le Val de Loire, affirme l’historien Jean Vassort. Au XVe et XVIe siècle, les rois vivaient de manière itinérante et les châteaux de la Loire étaient des étapes. Ils ne passaient pas Noël dans ces grandes bâtisses, difficiles à chauffer. Elles n’étaient pas meublées, on y campait, en accrochant des tapisseries sur les murs en même temps qu’on dressait des tables avec des tréteaux.”“Une seconde phase commence quand les rois quittent les châteaux de la Loire, les laissant aux notables puissants. Au XVIIIe et XIXe, lesdits châteaux sont occupés par des aristocrates qui y font leurs mondanités. Mais ils s’organisent sur le principe de la double résidence, à l’automne en Val-de-Loire par exemple, en hiver à Paris, là où la vie mondaine est la plus dense.” “Le bâti est respecté tout en restant vivant”Mais alors, si Noël n’a aucun lien avec les châteaux de la Loire, peut-on souscrire à ces événements spéciaux?“Les responsables des châteaux ont le devoir de les faire vivre, continue Jean Vassort. Un château de la Loire est un patrimoine qui coûte très cher à entretenir. Il se dégrade très vite. Si on y fait des travaux, c’est aussi pour le montrer, alors il y a une certaine logique à le rendre plus vivant. Aucun des châteaux que je connais ne dénature le XVIe siècle avec ces festivités, ils le font toujours avec une certaine retenue, dans la ligne de l’histoire de la demeure.”“Le bâti est respecté, tout en restant vivant, continue l’historien qui a étudié la vie des châteaux après la Renaissance. Mieux vaut les chauffer pour les touristes plutôt que pour personne. Ils ne sont jamais dénaturés. Les châteaux ont su conserver leur histoire, tout en attirant chaque année plus de monde.”Le grand spectacle aurait ceci de positif qu’il permet à tous d’apprendre un peu de notre Histoire.
À voir également sur Le HuffPost:Lire aussi…
Le chateau de Chambord a rouvert mais a besoin de vous

Les BD supportent aussi la plage…



Source link : https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-cest-a-noel-quil-faut-visiter-les-chateaux-de-la-loire_fr_5dea661ee4b0913e6f8f0323

Author : Annabel Benhaiem

Publish date : 2019-12-08 08:10:19

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : Huffington Post

The author wa-news

https://1001-jouets.com   https://www.pere-noel.biz/   https://1stglobalvillage.com   https://www.newshealth.biz   https://paristravelbook.net   https://friendsearch.biz   https://www.newmen.biz/shop/   https://www.saintvalentin.biz/   https://www.lingedelitpascher.com/   https://maillotsdebaindiscount.com