close
RTL

Xavier Dupont de Ligonnès : des doutes sur l’identité de l’homme arrêté à Glasgow

Xavier Dupont de Ligonnès arrêté : une perquisition en cours dans les Yvelines




Xavier Dupont de Ligonnès a-t-il été arrêté ? La question reste encore entière, ce samedi 12 octobre, après l’arrestation d’un homme qui correspondrait au suspect recherché depuis 8 ans. “Des vérifications sur l’identification” de l’homme interpellé sont en cours, a indiqué à l’AFP le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès qui appelle à la “prudence”.
“Les enquêteurs se déplacent en Ecosse pour faire des vérifications sur l’identification, le juge d’instruction attend le résultat de cette démarche d’enquête”, a-t-il ajouté. Le parquet est en charge de cette enquête depuis la fuite de Xavier Dupont de Ligonnès et la découverte des corps de sa femme et de ses quatre enfants dans leur maison de Nantes en 2011. Comment s’est déroulée l’arrestation ? Quelles questions persistent ? RTL.fr fait le point.
Ce sont des échanges d’informations entre les policiers français et écossais, sur la base d’une “dénonciation anonyme”, qui ont permis l’arrestation de cet homme, selon une source proche de l’enquête. Mais désormais, les policiers français font plus que douter. Selon plusieurs sources, des doutes sont apparus samedi sur l’identité de cet homme, dont la “comparaison ADN” permettrait d’éclaircir le mystère.
Les empreintes correspondraient partiellement
Vendredi 11 octobre aux alentours de 21 heures, coup de théâtre dans l’une des plus mystérieuses énigmes criminelles des dernières décennies : un homme qui correspondrait à Xavier Dupont de Ligonnès, recherché en vain depuis 2011 après le meurtre de sa famille à Nantes, aurait été arrêté par la police écossaise à l’aéroport de Glasgow en provenance de Paris, selon les informations du Parisien.
L’homme aurait été identifié grâce à ses empreintes digitales. Mais l’analyse de ces dernières laissait apparaître un “doute”, selon une source proche de l’enquête. Selon les informations de BFMTV, seuls 5 points sur 13 correspondraient à Xavier Dupont de Ligonnès. Or, pour établir une concordance, 12 points sont nécessaires, selon Richard Marlet, ancien chef de l’identité judiciaire à Paris.
Pourtant, les autorités écossaises étaient formelles, le vendredi 11 octobre. Mais de nouvelles expertises sont venues remettre en cause les résultats et désormais l’hypothèse d’une énorme méprise prend de l’ampleur. Autre point à éclaircir : “La photo de l’homme arrêté envoyé par les Écossais, l’homme arrêté ne ressemble pas du tout au père de famille suspecté d’avoir tué sa famille en 2011. Élément important : l’écart entre les yeux ne correspond pas“, note BFMTV.
Des témoignages de voisins
Dans un document RTL, un voisin du village de Limay, dans les Yvelines, remet en cause la thèse de l’arrestation de Xavier Dupont de Lignonnès. Pour Jacques, leur voisin, leur ami, est un homme d’origine portugaise mariée à une Écossaise et ne peut pas être le suspect numéro un de la tuerie de Nantes.
“C’est impensable, un truc comme ça. Il est né à Limay, on est amis depuis plus de 45 ans, il travaillait avec moi à Renault Flins avant de prendre sa retraite il y a quatre ans”, explique Jacques au micro de RTL.
Pour lui, l’homme de Limay qu’il connaît ne peut être le suspect numéro un de la tuerie de Nantes : “Il fait 1,85 m, 90 kg, il est chauve. Son père était un légionnaire portugais, sa mère, Charlotte, venait de la Beauce. Ils sont enterrés ici !”. Il donne également des détails sur l’épouse écossaise de son ami, avec qui il s’est marié il y a deux ans. Le couple habite dans la région de Glasgow, dit-il. Elle, “Mary Thomson”, a des enfants et des petits-enfants, mais pas lui.
Des fausses pistes depuis 2015
En avril 2015, des ossements sont découverts près de Fréjus (Var), non loin du dernier endroit où a été vu le père de famille. Ces ossements humains s’avèreront ne pas être les siens.En juillet, est envoyé au bureau de l’AFP à Nantes un courrier, daté du 11, et signé “XAVIER Dupont de Ligonnès”.
Le 29 juillet, au terme des expertises, la police juge que ce message énigmatique – “Je suis toujours vivant”, puis en minuscule “de là jusqu’à cette heure (sic)” – au dos d’une photo de deux de ses fils, ne permettent pas d’identifier Ligonnès.
Le 23 mars 2016, un fonctionnaire de police est condamné à 3.000 euros d’amende pour avoir divulgué en 2012 des documents sur l’affaire. Et en janvier 2018, la police intervient, sans succès, dans un monastère de Roquebrune-sur-Argens où des fidèles pensaient avoir reconnu Xavier Dupont de Ligonnès.
La rédaction vous recommandeXavier Dupont de Ligonnès : retour sur l’une des plus mystérieuses énigmes criminellesDupont de Ligonnès arrêté : chronologie de l’une des plus mystérieuses énigmes criminellesXavier Dupont de Ligonnès : l’avocat de sa mère et de l’une de ses soeurs reste “sceptique”Arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès : le suspect avait refait sa vie en Écosse



Source link : https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/xavier-dupont-de-ligonnes-des-doutes-sur-l-identite-de-l-homme-arrete-a-glasgow-7799229954

Author : La rédaction de RTL,Marie-Pierre Haddad

Publish date : 2019-10-12 10:30:00

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : RTL

The author wa-news

https://www.100-chaussures.com   https://femmes.fringues.biz   https://www.heardlawoffices.com   https://www.pere-noel.biz/   https://1001vins.info   https://chaussuresbaskets.com   https://stock-chaussures.fr   https://www.consortec.org/   https://bebes.fringues.biz   https://www.fournitures-de-bureau.biz