close
Les Inrocks

Ce que nous devons aux féministes d’Amérique latine

Ce que nous devons aux féministes d’Amérique latine




Du mouvement transnational “Ni una menos” contre les féminicides, à la grève des femmes en Argentine en 2016 (“#NosotrasParamos”), en passant par le “mai féministe” chilien contre le harcèlement sexuel en 2018, l’Amérique latine semble être devenue depuis plusieurs années un laboratoire de luttes et d’expérimentations féministes.
Ainsi, le passage dans le langage courant du mot “féminicide” ou encore l’adoption du mot d’ordre de grève internationale des femmes le 8 mars sont des exemples de conquêtes internationales à mettre au crédit des féministes d’Amérique latine. Aurore Koechlin, autrice d’un essai qui détaille l’émergence de cette “quatrième vague” du féminisme (La révolution féministe, éd. Amsterdam), fait le point pour nous sur les particularités de ce mouvement, et ce que nous lui devons.
Vous situez le début de la “quatrième vague” du féminisme à l’assassinat de la poète mexicaine Susana Chávez, le 6 janvier 2011. Pourquoi choisir ce point de départ ?
Aurore Koechlin – Tout d’abord, il me semblait important de souligner que cette nouvelle vague du féminisme avait débuté en Amérique latine, hors des Etats-Unis ou de l’Europe, contrairement aux vagues précédentes. On l’oublie trop souvent dans les médias et dans les discours militants, mais l’Amérique latine montre aujourd’hui la voie au monde, ce qui est symboliquement très fort.
Ensuite, c’était une façon de rendre hommage à Susana Chávez en particulier, non seulement pour son combat de toute une vie contre les féminicides (elle a dénoncé notamment les féminicides de Ciudad Juárez) mais aussi parce que c’est son expression “ni una mujer menos, ni una muerta más” (“pas une femme de moins, pas une morte de plus”) qui a donné son nom au mouvement argentin Ni una menos, qui est né en 2015 suite au féminicide de trop, celui de Daiana Garcia.
C’est ce mouvement en particulier qui a lancé la vague féministe en Amérique latine, puis dans le reste du monde. C’est en outre lui qui a appelé à partir de 2017 à une grève internationale féministe pour le 8 mars. Il est donc central dans la quatrième vague du féminisme, et pour ainsi dire à son origine. Ainsi, malgré la mort, alors qu’elle a été assassinée en luttant contre les féminicides, Susana Chávez continue à guider la lutte féministe.

>> A lire aussi : A México, des centaines de femmes assassinées en toute impunité

Quelles sont les caractéristiques de cette nouvelle vague, par rapport aux précédentes ?
Dans mon livre, je dis peut-être sous forme de boutade que la quatrième vague est la synthèse des deux vagues qui l’ont précédée. Elle reprend de la troisième vague (dans les années 1990, qui a consisté à reconceptualiser le sujet du féminisme en croisant genre, sexualité, race et classe) l’inclusivité et la nécessité de penser l’oppression des femmes et des minorités de genre en lien avec les autres formes de domination sociale. Mais elle reprend également à la deuxième vague (dans les années 1960 et 1970, autour de la lutte pour disposer librement de son corps, notamment pour la légalisation de la contraception et de l’avortement) la nécessité de structurer le mouvement autour de revendications – la fin des féminicides, le droit à l’avortement, entre autres – et de mobiliser largement.
Néanmoins, elle a aussi des particularités fortes. Là où la deuxième vague avait pu être synonyme de rupture entre mouvement ouvrier et mouvement féministe (même si cette dernière est à relativiser), il en va tout autrement de la quatrième vague. Elle reprend une analyse et des méthodes classiques du mouvement ouvrier : la centralité du travail reproductif et l’arme que constitue la grève féministe. Dans certains pays, comme l’Etat Espagnol, les syndicats jouent un véritable rôle dans la préparation de la grève. Dans d’autres, comme en Italie, la lutte féministe joue le rôle de porte-drapeau auquel se rallie l’ensemble du mouvement social.
Pendant ce temps-là au Chili…

Les femmes descendent dans les rues pour une révolte féministe sans précédent. pic.twitter.com/GNkLOozz3W— Brut FR (@brutofficiel) June 2, 2018

Le fait que le terme de “féminicide” se soit exporté à l’international, jusqu’à être enfin utilisé dans certains grands médias en France, est-il un acquis que l’on doit aux luttes des femmes en Amérique latine ?
Tout à fait. En Amérique latine, il y a eu toute une lutte politique autour des termes utilisés, qui ont émergé dès les années 1990. L’un des enjeux était de montrer que ces assassinats n’avaient pas lieu au hasard mais de façon systémique : ces femmes sont assassinées parce que ce sont des femmes. La violence est une des armes de la domination de genre.
En outre, Marylène Lapalus souligne combien ce terme est performatif [dans l’article “Feminicidio / femicidio : les enjeux théoriques et politiques d’un discours définitoire de la violence contre les femmes”, ndlr] : en nommant ce crime comme un crime contre les femmes, on contribue à rendre visible ce qui est d’ordinaire invisibilisé. Soit totalement quand on ne le remarque pas ; soit partiellement quand on ne voit pas qu’il s’agit d’une violence de genre, et qu’on parle de crime “passionnel”, de “drame conjugal” ou d’“accident”. La France a pu bénéficier directement de ces élaborations politiques, comme on le voit avec la mise en lumière sur une large surface médiatique du nombre de féminicides chaque année, voire chaque mois.

“L’une des particularités du féminisme d’Amérique latine est de poser plus directement que d’autres féminismes la question de la stratégie”

Comment expliquez-vous que le féminisme soit aussi fort en Argentine, au Chili, au Mexique, et inspire autant au niveau international ? Est-ce dû au contexte particulièrement hostile auquel les femmes font face dans ces pays ?
Je suis contre le fait de hiérarchiser la domination que les femmes subissent dans les différents pays du monde, même si cette domination prend différentes formes, en fonction de l’histoire des pays concernés, mais aussi du rapport de force féministe. De manière générale, de toute façon, les résistances ne s’expliquent pas par le niveau de violence des dominations subies, on pourrait même dire le contraire : il semble plus difficile de lutter quand les dominations sont fortes.
Si on essaye d’avancer des raisons à la force de cette mobilisation, on peut penser à deux choses. D’une part, en Amérique latine aujourd’hui, notamment en Argentine, les contestations sociales sont très fortes en général. Le féminisme s’en nourrit et les nourrit. Mais cela crée un contexte global de résistances propre au développement du mouvement féministe. D’autre part, selon la sociologue Jules Falquet, l’une des particularités du féminisme d’Amérique latine est de poser plus directement que d’autres féminismes la question de la stratégie, notamment en étant en lien avec le mouvement indigène et le mouvement ouvrier. Je pense qu’aujourd’hui le mouvement féministe en Amérique latine en bénéficie, alors qu’en France la question de la stratégie (comment lutter, comment gagner, avec qui) a été beaucoup plus occultée, et que cela pèse en partie sur le développement de la quatrième vague aujourd’hui.

>> A lire aussi : Entretien avec Jules Falquet sur les droits des femmes au Salvador

En France, des collectifs féministes “autonomes” sont nés ou se sont multipliés dans le sillage de “Ni una menos”. Cette tradition de lutte réfractaire aux institutions, à l’Etat, et sensible aux courants de pensée libertaires, vient-elle aussi d’Amérique latine ?
J’ai l’impression qu’en France comme en Amérique latine, on retrouve effectivement le développement de collectifs autonomes et libertaires, mais pas uniquement. Toutes les tendances politiques se retrouvent dans le mouvement féministe. En France par exemple, à l’échelle de la région parisienne, on a vu naître deux initiatives pour le 25 novembre dernier, journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes : Nous Toutes, lancée par Caroline De Haas, et Nous Aussi, dans une démarche intersectionnelle. L’inspiration de l’Amérique latine me semble plus reposer sur la nécessité d’avoir un mouvement de masse, c’est-à-dire un mouvement qui s’adresse largement aux jeunes, aux femmes des classes populaires, etc., que sur la forme d’organisation que le mouvement doit prendre.
Votre livre s’intitule La révolution féministe. C’est un souhait ou un constat ?
Les deux ! L’émergence du féminisme comme mouvement central parmi les mouvements sociaux modernes constitue en soi une révolution. Cela a bouleversé en profondeur nos sociétés. Mais dans le même temps, on a vu au cours du XXe siècle que le féminisme, tout comme les autres mouvements de lutte, pouvait très bien être assimilé au fonctionnement normal du capitalisme et par là, être vidé de son contenu contestataire.
Il est donc nécessaire de rappeler que le féminisme ne peut être que révolutionnaire, dans la mesure où la domination des femmes et des minorités de genre a une base économique (le travail reproductif, essentiel pour le maintien du capitalisme), et que les gains que nous pourrons gagner dans le cadre de ce système ne se feront qu’à la marge. Le féminisme doit donc en quelque sorte toujours lui-même faire sa révolution !
Propos recueillis par Mathieu Dejean

La révolution féministe, d’Aurore Koechlin, éd. Amsterdam, 176 p., 12€



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/09/09/actualite/societe/ce-que-nous-devons-aux-feministes-damerique-latine/

Author :

Publish date : 2019-09-09 15:44:39

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : Les Inrocks

The author wa-news