close
RTL

Crise des urgences : les 12 mesures du plan à 750 millions d’euros présenté par Agnès Buzyn

Crise des urgences : les 12 mesures du plan à 750 millions d’euros présenté par Agnès Buzyn




Crise des urgences : Agnès Buzyn présente un plan et débloque 750 millions d'euros
La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé, ce lundi 9 septembre, le déblocage de 750 millions d’euros, entre 2019 et 2022, pour répondre à la crise des urgences, lors d’une Assemblée générale avec les syndicats de médecins libéraux et le collectif Inter-Urgences.
Cette somme, qui ne s’ajoutera pas au budget déjà prévu pour les dépenses de santé mais sera puisée dans des crédits existants, servira à financer diverses mesures visant à désengorger les urgences en s’appuyant davantage sur la médecine de ville et en accélérant les prises en charge. Mais à ce stade, le ministère ne prévoit pas d’ouvertures de lits ni de recrutements de personnels, comme le réclament les grévistes.
Ce plan, intitulé “Pacte de refondation des urgences” et décliné en 12 mesures, a pour objectif de réduire de 43 % la fréquentation des services d’urgences qui culmine à 21,5 millions de patients et enrayer la progression de cette fréquentation qui grimpe de 2,8 % en moyenne depuis 2013.

Un nouveau service universel 24h/24 pour guider le patient
La création d’un “service d’accès aux soins” (SAS) figure ainsi parmi les mesures présentées par la ministre. En ligne ou par téléphone, 24 heures sur 24, ce service orientera les patients vers une consultation en ville ou une téléconsultation ou vers les urgences, éventuellement via l’envoi d’une ambulance. D’un montant évalué à 340 millions d’euros, il doit être mis en place “à l’été 2020”, a précisé Mme Buzyn, pour qui “l’heure n’est plus aux constats mais aux solutions”.
Autre annonce : les patients auront davantage le choix entre les urgences d’hôpital et l’option médecine de ville. À côté de chaque service d’urgences, vont être implantées des maisons médicales avec des médecins libéraux et la possibilité de faire une mammographie ou une prise de sang, par exemple. Des soins pris en charge sans avoir à avancer de l’argent.
S’ajoutent aussi une réforme du financement des urgences et le développement de protocoles permettant des prises en charge par les kinésithérapeutes ou les pharmaciens. La ministre “se refuse complètement à revaloriser les métiers soignants, il y a un tel déni des professions paramédicales, c’est assez fou”, a regretté auprès de l’AFP Hugo Huon, le président du collectif Inter-urgences à l’origine du mouvement de grève. Il a notamment déploré qu’il n’y ait “rien sur les lits, rien sur les postes”.

La chasse à l’intérim médicale lancée
Alors que les médecins remplaçants coûtent très chers, les médecins titulaires pourront être mieux payés s’ils acceptent de soigner dans plusieurs établissements. Enfin, les urgences seront rémunérées différemment pour traiter moins d’actes mais des soins qui sont réellement urgents.
Rappelant que le collectif doit se réunir, mardi, en Assemblée générale, Hugo Huon a estimé que “les gens sont très sceptiques” sur ces annonces. De son côté, la CGT, qui a appelé à manifester mercredi, a dénoncé des “annonces décevantes” qui ne seront “effectives qu’à moyen voire long terme”.
La rédaction vous recommandeUrgences : “Je vais mettre de l’argent” pour “régler le problème”, dit Agnès BuzynLes infos de 6h30 – Agnès Buzyn annonce une série de mesures pour améliorer les urgencesUrgences : pourquoi de plus en plus de médecins choisissent l’intérimUrgences : ce qu’il faut savoir sur le “Samu infirmier” proposé par Pécresse



Source link : https://www.rtl.fr/actu/politique/crise-des-urgences-agnes-buzyn-presente-un-plan-et-debloque-750-millions-d-euros-7798303335

Author : Anaïs Bouissou,AFP

Publish date : 2019-09-09 15:24:00

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : RTL

The author wa-news